Discours du Président National

Canal public / Presse

Discours Libramont 2016

Partager sur des réseaux sociaux

Partager le lien

Utiliser un lien permanent pour partager dans les medias sociaux

Partager avec un ami

S'il vous plaît S'identifier envoyer ceci document par courriel!

Intégrer à votre site internet.

Sélectionnez une page pour commencer

Postez les commentaires avec des adresses email (confirmation de l'email est nécessaire afin de publier le commentaire sur le site internet) ou veuillez S'identifier poster un commentaire

3. Venons - en au nouveau système ADISA. Nous déplorons les lenteurs et les très nombreux problèmes de mise en œuvre de cette nouvelle réglementation. Les freins à l’installation sont déjà suffisamment nombreux pour encore y rajouter des problèmes de type administratif. Nous ne pouvons en tout ca pas accepter les différences d’interprétations entre services ou juristes de l’administration et du cabinet. D’autant plus que nous avons l a d ésagréable impression que ces interprétations sont quasi systématiquement en défaveur des agriculteurs ! Pourquoi ces juristes n’ont pas participé à l’élaboration des textes ? Nous espérons que les choses puissent évoluer positivement suite à l’interventio n du Ministre auprès de son administration ! Terminons par un thème Ô combien important pour les jeunes agriculteurs : le foncier. L’accès au foncier, que ce soit via l’achat ou la location est le p lus gros frein à l’installation en région Wallonne. Au pr in temps dernier , la FJA a communiqué au Ministre ses premières propositions dans ce domaine. Un résumé de ce travail se trouve d’ailleurs sur notre nouveau site internet. Nous n’allons pas lister l’ensemble des propositions que nous faisons mais je souhait erais insister sur 2 éléments : L a réforme du bail à ferme est né cessaire mais elle ne suffira pas seule. La FJA demande que d’autres le viers soient mis en œuvre de faç on coordonnée. Il s’agit d’une réforme ambitieuse de la PAC mais aussi de l’activation d es outils de politique foncière prévu par le code wallo n de l’agriculture. En ce qui concerne la réforme du bail, nous exigeons que la sécurité d’exploitation en particulier pour les jeunes agriculteur s soit garantie. Nous proposons un renforcement de l’at tractivité des baux de longue durée. Nous appelons à l’instauration d’un nouveau régime particulier jeune agriculteur qui allierait sécurité d’exploitation pour le jeune et attractivité pour les propriétaires. Le renouvellement des générations en agricult ure est un véritable défi pour l’agriculture européenne. Les chiffres sont éloquents : en Europe, seulement 6 % des agriculteurs ont moins de 35 ans et plus de 55% devront partir à la retraite dans les 10 prochaines années. Il est temps pour les décideurs européens de se rappeler que l’agricu lture est le ciment du fondement même de l’Union européenne ! La FJA reste et restera mobilisée et déterminée à faire entendre la voix des jeunes agriculteurs et de celles e t ceux qui voudront se lancer d ans ce beau métier ! Je vous remercie !

1. Discours Libramont 2016 Messieurs les Ministres, Mesdames, M essieurs les députés, Marianne, Joseph, Chers amis, chers membres, Cette année la FJA souffle sa 15ième bougie . Mais malheureusement , une fois de plus , notre cœur n’est pas à la fête. Lors de ces 15 années d’existence l a FJA a renforcé son ancrage auto ur d’une priorité centrale : l’installation en agriculture. Vous le savez t o us, le re nouvellement des générations est un obstacle qui met en péril le modèle agricole que nous souhaitons défendre. Passons maintenant en revue le s différents éléments qui sont essentiels pour garantir une installation réussie : Le premier , c’est l’envie et la motivation . Ils sont intacts, vu le nombre de jeunes qui suivent nos cours : pas de crise de vocation en agri culture malgré le contexte que l’on connait actuellement. Le deuxième , c’est la formation . Le métier d’agriculteur est multifonctionnel et en perpétuel le évolution, il nécessite donc une formation de base solide et une formation continue qualitative ! Vous le savez, il est dans l’ADN de la FJA de proposer des formations innovantes. Cependant, aujourd’hui , toutes les formations sont sélectionnées sur base d’appel à projet s dont nous regrett ons la lourdeur de la procédure, e n particulier les obligations liées aux marché s publics avec cahier de charges et publication au bulletin Belge des adjudications. Excusez du peu... ! Nous demandons des simpli fi cations et un report pour cette an née sans q uoi les co urs A et B ne pourro nt pas voir le jour ! Ce qui aurait des conséquenc es directes sur les futurs jeunes agriculteurs ! En ce qui concerne les stages, nous déplorons des budgets insuffisants pour répondre aux demandes que nous recevons. Monsieur le Ministre, pouvez - vous aujourd’hui nous annoncer que vous avez prévu de s moyen s supplémentaires pour nous permettre d’assurer cette mission ? Le troisième élément étant primordial, c’est bi en sur le revenu ! Nous pouvons distinguer 3 facteurs : les coû ts, les prix et les aides. Il est primordial pour tout agriculteur de maitriser ses coû ts de production. Il faut parler de coûts optimum et non de coû ts minimum : l a meil leure exploitation wallonne ne peut être compétitive en terme de coû ts de production avec celles qui se trouvent avantagé es par des conditi ons climatiques ou pédologique s plus favorable s. C’est cette mise en concurrence de tous les agriculteurs associé s aux choix ultra - libéraliste s des instances européennes qui pousse nos exploitations familiale s au précipice !

2. Aujourd’hui tous les secteurs so nt concernés ! La crise que connait actuellement le secteur laitier n’est malheureusement que la parfaite illustration de la faillite de la politique menée par l’union Européenne ! Nous sommes rentrés dans une nouvelle phase d’accélération de la restructur ation du secteur. Les chiffres sont sans appel : - 4% producteurs laitiers rien que pour l’année 2014/2015 ! C’est d’autant plus frustrant car la crise que nous connaissons actuellement était prévisible et dès lors évitable ! Ce n’est pas qu’une crise conj oncturelle liée à la fermeture du marché Russe. C’est d’abord et avant tout le résultat des choix et des décisions européennes d’abandonner tout mécanisme de gestion et de régulation des marchés ! Nous l’avons dit à mainte reprise , ce que nous demandons , pour le court terme, c’est la mise en œuvre immédiate de mesures de réduction de la production sur l’ensemble du territoire européen ! Messieurs les M inistres, permettez - moi de revenir sur les mesures proposées à l’iss ue du conseil de lundi dernier. Les 150 millions promis pour la réduction sur base volontaire sont largement insuffisants. Le montant est insuffisant et pas assez incitant pour imaginer avoir un impact significatif sur le marché . La durée est trop courte et la mise en œuvre trop lente . La coor dination au niveau européen est inexistante. Pendant que certaines régions produiront moins d’autres continueront à produire et nous assisterons à un transfert de production et donc une concentration des bassins de productions ! Pour nous, il est indispens able que des objectifs chiffrés de réduction soient fixés de façon concerté e au niveau européen ! Si ce n ’ est pas le cas, ces mesures n’aboutiron t à rie n : une réduction obligatoire contraignante devra être appliquée ! En ce qui concerne l’aide de 35 0 millions dont + - 4 millions pour la Wallonie à laquelle pourrait s’ajouter les 5 m ill ions dégagés par le GW : cette aide ponctuelle ne pourra résoudre la crise que nous connaissons mais elle pourra toutefois soulager les trésoreries. Nous veiller ons à ce que des critères de réat tribution soient ciblé s à destination des jeunes agriculteurs ! Venons en maintenant aux aides, 3 i eme facteur influençant le revenu. Pour la FJA, la dernière réforme a manqué d’ambition. Non seulement en matière de gestion et régulation des marchés mais aussi en matièr e de mécanismes d’attribution des aides. Ce système d’attribution en fonction des hectares est un facteur prépondérant qui incite les agriculteur s à conserver leurs activités au de là de l’âge léga l de la pension. Ces agriculteurs qui ont eu la chance de bénéficier du bail à ferme durant l’intégralité de leur carrière sont aujourd’hui peu disposés à louer leurs terres sous le régime du bail à ferm e à un jeune agriculteur ! Si nous devions rester dans ce système après 2020, nous voudrions redessiner les contours de la définition de l’agriculteur actif afin d’exclure les bénéficiaires d’une pension de retraite ! C’est un combat que nous n’abandonneron s pas ! Mais nous attendons autre chose pour 2020. A la FJA nous sommes favorables à l’instauration d’un système d’attribution innovant qui permettrait de faire face à la volatilité des prix et aux baisses prolongées des prix ! C’est maintenant et dans les prochains mois que la région devra se positionner sur ce point !

Vues

  • 1313 Total des vues
  • 1070 Vues du Site web
  • 243 Vues incluses

Actions

  • 0 Partages sociaux
  • 0 Aime
  • 0 N'aime pas
  • 0 Commentaires

Partagez le comptage

  • 0 Facebook
  • 0 Twitter
  • 0 LinkedIn
  • 0 Google+

Intégrations 4

  • 7 fja.be
  • 41 www.fja.be
  • 3 www.google.be
  • 2 proxy.fja.be